Agenda

Contact

Archives

Recherche

Les citoyen·ne·s en difficulté de lecture et d’écriture disent non au « digital par défaut »

Comment prendre un rendez-vous médical, renouveler son abonnement de transport ou s’inscrire comme demandeur d’emploi via internet si on ne sait ni lire ni écrire ? Comment remplir un formulaire et prouver que « nous ne sommes pas des robots » face à un pop-up qui demande d’associer une image à un mot qu’il est impossible de déchiffrer ? Voilà les questions que relaie Lire et Ecrire, association accompagnant des personnes en difficulté de lecture et d’écriture, dans une lettre ouverte adressée aux responsables politiques. Une mobilisation est également prévue le 8 septembre 2022.

Accès à La lettre ouverte et à la mobilisation du 08/09 contre la dématérialisation des services au public, juillet 2022

Extrait épinglé :

« La réduction des canaux de communication traditionnels (guichet, téléphone, papier) au sein des services d’intérêt général, n’a pas fait l’objet d’une réflexion politique préalable sur les effets de ce processus, comme si le numérique, était neutre, inéluctable et allant de soi et, nous en avons tous fait l’expérience, le numérique ne rend pas de facto la vie des citoyens plus facile, que du contraire. Il est urgent, selon Lire et Écrire, que ce processus soit « pensé » ou questionné au regard des principes du service public tels que l’égalité de traitement, le caractère abordable, l’accessibilité, la neutralité, etc. Dans cet esprit, les mécanismes de discrimination qu’il accentue doivent être identifiés et des mesures doivent être prises pour rétablir une égalité d’accès aux droits et aux services d’intérêt général.
Le numérique par défaut divise la société et renforce les discriminations envers les plus fragilisés.

Il est indispensable de garder des alternatives pour celles et ceux qui ne sont pas numériquement autonomes.

Ce qui signifie :

  • Garantir un accès à tous les services d’intérêt général en maintenant la possibilité d’un contact téléphonique adapté à l’ensemble de la population et un réseau suffisant de guichets offrant un accompagnement qui permet la réalisation des démarches.
  • Elargir le tarif social à toutes les personnes exposées à la précarité et garantir qu’il soit applicable aux connexions mobiles.
  • Mettre en place un plan ambitieux de lutte contre les inégalités numériques. Les personnes en difficulté de lecture et d’écriture doivent disposer d’un équipement informatique et d’une connexion internet à prix décent et avoir accès à une formation et à un accompagnement numérique de proximité et adaptés à leur situation.
  • Consulter en amont les organismes d’alphabétisation comme Lire et Ecrire pour penser ensemble la prise en compte des personnes illettrées dans ces processus de dématérialisation (à travers par exemple les commissions parlementaires)

À lire également

Restez en
contact avec
nous

Si vous rencontrez des difficultés à nous joindre par téléphone, n’hésitez pas à nous laisser un message via ce formulaire

Faites une recherche sur le site

Inscrivez vous à notre Newsletter

Soyez averti des nouveaux articles