Coupés du monde est un roman sous l’empreinte du témoignage. Son auteur, Filip Keymeulen, travailleur de rue depuis plusieurs années pour Diogènes asbl, y livre l’intimité de sans-abris bruxellois. Fort de son expérience et maniant agréablement le verbe, il s’est lancé le défi de raconter des tranches de vie de « ceux qui sont presque irracontables ». Ceux qui, sans domicile, sont installés au pied de la Bourse, dans les stations de métro, sur les places et trottoirs au cœur de Bruxelles.

Roman de Filip Keymeulen (« Alhambra » en version néerlandaise) – Par Cécile Vanden Bossche, avril 2022

A mi-chemin entre roman sociologique et psychologique, l’histoire nous emmène dans des stations de métro, des sous-sols, une chambre d’hôtel partagée. On plonge dans le quartier bruxellois nommé « Alhambra« , « domaine de fonctionnaires où vers minuit tout le monde semble être sous l’emprise de substances « . Autant dire qu’on est à des années lumières des lieux touristiques !

Le lecteur se retrouve à fréquenter des héros dont les nuits ne sont jamais complètes. Des nuits dont le quotidien peut être fait de sexe pour s’évader, pour certains. De drogue pour d’autres. D’alcool pour tous. Des nuits qui prennent fin par les secousses de la police ou, pour un mieux, par le tohu-bohu des semblables dans un état second.

Dehors et en dehors de la société, la solidarité est, à chaque instant, le ressort de la vie à la rue. Mais elle ne repose que sur quelques rares ressources : les compagnons de route, une bonne soeur, un travailleur de rue, une camionnette rouge convertie en chambrette de passe aux abords du Parc Maximilien, l’hôpital Saint-Pierre, … Et la démonstration que dans l’absolue précarité, même avec les meilleures entourloupes pour survivre, la pente de la rue reste glissante. Il y est toujours possible de dégringoler.

C’est donc un roman âpre, sans l’intention de nous attendrir. Une vitre sans teint qui dévoile avec justesse le quotidien des « âmes perdues » et de ces « loosers » qui ne savent jamais de quoi demain sera fait. Y a -t-il plus purs anti-héros pour un roman que des sans-abri alcooliques ?Et Pourtant. Au milieu de cette pente raide, l’amour surgit entre deux protagonistes. Des sentiments forts et sinueux qui viennent unir une travailleuse du sexe prénommée « La Flanelle », née dans un corps d’homme et Tonio, alcoolique prédestiné à une carrière de mineur dans le Limbourg.

Un premier roman sans équivalent mais aussi sans complaisance qui donne l’impression de partager le quotidien des sans-abris dans leur absolue intimité.

« Coupés du Monde » de Filip Keymeulen est disponible sur commande par ici !

Et bientôt un film

Une bonne nouvelle : Coupés du monde va prochainement avoir droit à son adaptation en long métrage ! Frederik Vrancken, producteur de cinéma bruxellois, s’empare du projet. Un cinéaste et un co-réalisateur dont les noms ne peuvent encore être dévoilés peaufinent actuellement le scénario.

Pour en savoir plus.

À lire également

Restez en
contact avec
nous

Si vous rencontrez des difficultés à nous joindre par téléphone, n’hésitez pas à nous laisser un message via ce formulaire

Je souhaites contacter directement :

Faites une recherche sur le site

Inscrivez vous à notre Newsletter

Soyez averti des nouveaux articles