loader image

Imaginer une santé en commun

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Refus et suppression de soins par les hôpitaux, diagnostics non réalisés ou retardés, tri des patients, isolement, négligences, voire maltraitances en maisons de repos, pénuries de médicaments…


… La liste des droits des patients bafoués depuis le début de la crise du Covid-19 s’étire à n’en plus finir. La participation des patients à leur santé et aux politiques de santé a pris du plomb dans l’aile. Celle des soignants, médiateurs indispensables, aussi. Submergé de consignes, chamboulé, le personnel des maisons de repos n’a pas vraiment eu l’occasion de faire dans la gestion participative, même si, çà et là, des démarches de facilitation ont été entreprises (lire « Laissés pour compte, les travailleurs des maisons de repos ont pris les choses en main »). Cette « expertise collective » est pourtant essentielle pour garantir la démocratie en santé. A lire dans le dernier Alter Echos ! (n°490)

À lire également

Laisser un commentaire

Restez en
contact avec
nous

Si vous rencontrez des difficultés à nous joindre par téléphone, n’hésitez pas à nous laisser un message via ce formulaire

Faites une recherche sur le site

Inscrivez vous à notre Newsletter

Soyez averti des nouveaux articles