loader image

« Femmes sans abri : pourquoi elles se masculinisent »

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Une opinion d’Ariane Dierickx, directrice de la maison d’accueil L’Ilot asbl publiée sur levif.be le 08/03/17.


8 mars, un jour par an pour rendre compte des avancées en matière de droits des femmes, mais surtout pour pointer du doigt et dénoncer les trop nombreuses inégalités et injustices qui persistent de par le monde, en ce compris en Belgique.

4156685.jpgOn a pour habitude, à cette occasion, de mettre à l’honneur des femmes qui se sont distinguées dans de nombreux domaines et métiers, en particulier ceux dits « masculins ». Plus rarement, on s’attarde sur les non-droits de celles vivant dans l’extrême précarité. Car on le sait, la pauvreté touche plus gravement les femmes que les hommes, les chiffres sont là pour l’attester et ils ne s’améliorent guère. Ces quelques dernières années, les données genrées indiquent même une aggravation de la précarisation des femmes. Et pour celles qui ont tout perdu, jusqu’à la sécurité d’un toit, être une femme veut souvent dire renoncer à être femme.

Lire l’article dans son intégralité sur le site du Vif

À lire également

Laisser un commentaire

Restez en
contact avec
nous

Si vous rencontrez des difficultés à nous joindre par téléphone, n’hésitez pas à nous laisser un message via ce formulaire

Faites une recherche sur le site

Inscrivez vous à notre Newsletter

Soyez averti des nouveaux articles