loader image

Après le parc Maximilien…

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Septembre 2015. L’Office des étrangers est saturé, les files sont interminables. Et dans cette attente, les nouveaux arrivants n’ont droit à rien, si ce n’est à un carré d’herbe, dans un parc, situé tout près de là. DOSSIER WEB sur la question en 3 lieux, 3 regards, réalisé par le CBCS (mai 2016).


« On est confronté à un déficit de l’accueil par le fédéral », résumait Gauthier de Bock, responsable bénévole à la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés. « Choqués par l’inertie du fédéral », associations, collectifs, citoyens décident de construire un semblant d’humanité et d’accueil [1]Lire à ce sujet Les sans-papiers citoyens, pp. 21-24, in BIS n°173. Quelque 150 bénévoles se mettent au travail : construction d’une cuisine et distribution de repas à partir d’invendus, montage et réparation de tentes, distribution de couvertures, de vêtements,… Bref, une aide humanitaire d’urgence s’organise : improvisée, parfois chaotique, mais qui construit un « vivre ensemble ».

Octobre 2015. C’est le démantèlement du camp. La Plateforme citoyenne décide d’évacuer le parc Maximilien, elle refuse de « se substituer à l’Etat belge qui a une série d’obligations envers les demandeurs d’asile selon la législation européenne et internationale ». [2]Lire à ce sujet les origines de la plate-forme citoyenne : http://www.bxlrefugees.be/qui-sommes-nous/

ET APRES ?

Comment s’organisent les citoyens bénévoles et les travailleurs sociaux pour continuer à apporter leur soutien ? Comment fonctionnent-ils dans cet état de crise ? Se connaissent-ils les uns les autres ? Existe-t-il une mise en réseau de tous les acteurs ? Quels autres types d’accueil existent dans l’ombre de la ville ? Que deviennent toutes ces vies sans droit, déclarées hors-case, hors-réseau ? Et enfin, que fait le politique ? Est-il atteint d’une paralysie incurable ou se mue-t-il, imperceptiblement ?

Parce que l’état d’urgence continue, plus que jamais. Et que la « mer kamikaze » ne cesse d’engloutir ses corps.

DOSSIER WEB sur la question en 3 lieux, 3 regards : entre détresse, débrouille et contradictions.

Définitions utiles : « Petit lexique migratoire »

dscf4972.jpg

Notes

Notes
1 Lire à ce sujet Les sans-papiers citoyens, pp. 21-24, in BIS n°173
2 Lire à ce sujet les origines de la plate-forme citoyenne : http://www.bxlrefugees.be/qui-sommes-nous/

À lire également

Laisser un commentaire

Restez en
contact avec
nous

Si vous rencontrez des difficultés à nous joindre par téléphone, n’hésitez pas à nous laisser un message via ce formulaire

Faites une recherche sur le site

Inscrivez vous à notre Newsletter

Soyez averti des nouveaux articles