Agenda

Contact

Archives

Recherche

Organisation social-santé à Bruxelles : points de repères

Comment améliorer l’organisation et l’articulation des services pour favoriser l’inclusion des publics les plus fragiles ? C’est la question que se posent avec force les secteurs de la santé et du social à Bruxelles ainsi que les institutions politiques et administratives. Ou, en d’autres mots, comment aller de l’avant ? Pour soutenir ces efforts de reconceptualisation de l’organisation, il apparaît important de parler un langage commun ou, a minima, de rendre visibles les différentes acceptions des termes utilisés. Chaque secteur ou ensemble de structures et d’acteurs utilise des mots avec un sens particulier lié à leur positionnement dans l’offre de services. Le premier pas vers un dialogue et une coconstruction des ajustements nécessaires du système consiste à mieux se comprendre. C’est l’objectif de cette analyse.

Ligne et Fonction 0,5 dans l’organisation social/santé à Bruxelles | Points de repère [1]

De nombreuses initiatives et projets à destination des publics vulnérables existent à Bruxelles depuis plusieurs décennies, d’autres émergent depuis quelques années et d’autres encore viennent de voir le jour pour faire face à la pandémie de Coronavirus. Du point de vue de l’organisation des services, les missions de soins, d’aide et d’accompagnement reviennent à un ensemble large de secteurs, comprenant services de santé (préventive, curative, promotion de la santé), santé mentale et accompagnement social dans toutes ses déclinaisons (aide au logement, à l’insertion professionnelle, aux familles et à la petite enfance, aide juridique…).

Bien que présent depuis plusieurs décennies, l’enjeu de garantir des services inclusifs dans ces secteurs se pose encore avec force actuellement. La population bruxelloise connaît de fortes inégalités sociales et un taux de pauvreté élevé : une personne sur 3 à Bruxelles vit sous le seuil du risque de pauvreté. La crise liée à la pandémie de coronavirus a encore accentué ces inégalités : à titre indicatif, le nombre de personnes percevant le revenu d’intégration sociale (RIS) en Région bruxelloise a connu en 2020 une croissance de 9,5 % (contre -0,8 % et +1,1 % les deux années précédentes au cours de la même période). Bruxelles accueille également un grand nombre de personnes étrangères, qui se reconstruisent un réseau social et découvrent cette métropole, les langues qui y sont parlées et l’organisation des services. Deux tiers des aides médicales urgentes (le seul droit auquel peuvent prétendre les personnes sans papiers) octroyées en Belgique le sont en Région bruxelloise (Observatoire de la Santé et du Social de Bruxelles-Capitale 2020).

À lire également

Restez en
contact avec
nous

Si vous rencontrez des difficultés à nous joindre par téléphone, n’hésitez pas à nous laisser un message via ce formulaire

Faites une recherche sur le site

Inscrivez vous à notre Newsletter

Soyez averti des nouveaux articles