Travail social en mutation

Le dernier dossier de la revue Santé conjuguée de la Fédération des maisons médicales, intitulé «Travail social en mutation» examine, depuis plusieurs points de vue, les évolutions du travail social.

Santé conjuguée n°107

Indicateur de l’état de notre société, le travail social est confronté à un nombre de dossiers à suivre toujours plus grand, à des problématiques de plus en plus complexes, à des procédures de plus en plus fastidieuses, à des modes de financement de plus en plus précaires. Conséquence, le travail social est devenu peu attrayant, car il s’éloigne de facto de ce qui l’anime : la restauration de la dignité et l’accès aux droits fondamentaux.

(…) Les crises qui se succèdent (pandémie, énergie, climat, tensions mondiales…) rendent le travail social plus complexe qu’auparavant. Celui-ci continue aussi de s’inscrire dans un paysage politique qui tend à conditionner les aides aux plus précarisés, à les stigmatiser, à les contrôler. Alors que nous assistons à un glissement généralisé du prisme politique vers la droite et l’extrême droite, réconcilier action sociale et action politique n’a jamais été aussi urgent.

Le travail social en maison médicale est-il différent d’ailleurs ? Je le crois. C’est aussi un travail politique», avance en introduction de ce dossier Maryline Guillaume (maison médicale Mosaïque, Verviers). Car «derrière les apparences, chaque personne mérite respect et dignité. Dans mon bureau chaque jour, chaque intervention contribue à cette dignité». Travailler le social sans s’attaquer aux causes de la pauvreté et des inégalités, «c’est un peu comme vider l’océan à la petite cuillère. C’est long, c’est lent, c’est épuisant», répond, en miroir, Stefania Marsella, assistante sociale à la maison médicale Calendula (Ganshoren).


(…) (Re)politiser le travail social d’aujourd’hui, c’est revenir à ses fondements. Un virage qui nécessite de remettre en cause la contractualisation et l’activation dans lesquelles il s’inscrit ; de laisser de côté l’obsession de la lutte contre la fraude sociale qui va à l’encontre de toutes les déclarations en faveur de la lutte contre le non-recours aux droits ; et de refinancer le champ du social de manière structurelle et en fonction des besoins observés sur le terrain. Des défis qui, s’ils ne sont pas relevés dans les années à venir, risquent de mener à une aggravation des inégalités sociales et des situations de pauvreté.

Contact :
Marinette Mormont – marinette.mormont@fmm.be

À lire également

Restez en
contact avec
nous

Si vous rencontrez des difficultés à nous joindre par téléphone, n’hésitez pas à nous laisser un message via ce formulaire

Je souhaites contacter directement :

Faites une recherche sur le site

recevez notre newsletter

Je veux devenir incollable sur l’actualité social-santé à Bruxelles !