loader image

La surveillance électronique : la « liberté » à moindre prix !

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Depuis un certain temps déjà, les travailleurs de terrain du secteur bruxellois de l’aide aux justiciables mettent en exergue les difficultés croissantes vécues par les personnes sous surveillance électronique qui se voient refuser l’octroi du RIS ou Revenu d’Intégration Sociale. Face à cet état de fait, la Fidex (Fédération bruxelloise des Institutions pour Détenus et Ex-détenus) a décidé, au nom des travailleurs, de rassembler leurs constats au sein de la Région bruxelloise et d’interpeller les instances concernées sous le titre « La surveillance électronique : la « liberté » à moindre prix ! » La Fidex dénonce une inégalité de traitement peu relevée qui pose question: En effet , »le RIS est le seul revenu de remplacement refusé aux personnes sous surveillance électronique. En effet, les allocations de chômage, les indemnités mutuelle ainsi que les allocations pour personnes handicapées sont maintenues durant la surveillance électronique » Lire l’intégralité du texte via le pdf en pièce jointe

Documents joints

À lire également

Laisser un commentaire

Restez en
contact avec
nous

Si vous rencontrez des difficultés à nous joindre par téléphone, n’hésitez pas à nous laisser un message via ce formulaire

Faites une recherche sur le site

Inscrivez vous à notre Newsletter

Soyez averti des nouveaux articles