loader image
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Des besoins particuliers à l’intérêt général : pour une meilleure accessibilité, analyse introductive à la revue Bruxelles en mouvements n°309 – décembre 2020 – IEB.


De nombreux freins institutionnels demeurent quant à la prise en compte de tous les publics dans les projets d’aménagement du territoire et de mobilité. Au milieu des diverses ambitions régionales (ville durable, numérique, touristique), la question de l’accessibilité de Bruxelles a tendance à passer au second plan. Elle constitue pourtant une lecture cruciale de la ville, car son absence de prise en compte conduit, dans bien des cas, à une exacerbation des inégalités.

Le rapport à la ville, tant dans ses déplacements que dans l’espace public, diffère fortement selon que l’on soit un homme ou une femme, selon que l’on soit en situation d’un handicap cognitif ou physique, selon que l’on habite un quartier ou un autre, selon que l’on puisse utiliser ou non les différentes applications numériques ou automates existants, etc. Cette multitude de points de vue, de besoins et de désirs, peine encore bien souvent à transparaître dans les plans urbains stratégiques, permis d’urbanisme, projets d’infrastructure ou contrats de quartiers, qu’IEB suit à longueur d’année. Ce numéro de Bruxelles en mouvements entend, en contre-pied, explorer quelques-unes des nombreuses dimensions que recouvre le terme d’accessibilité à Bruxelles.

Lire la suite de l’article.

Accès au sommaire de la revue BEM n°309

À lire également

Laisser un commentaire

Restez en
contact avec
nous

Si vous rencontrez des difficultés à nous joindre par téléphone, n’hésitez pas à nous laisser un message via ce formulaire

Faites une recherche sur le site

Inscrivez vous à notre Newsletter

Soyez averti des nouveaux articles