loader image

Carrefour. Du gouvernement des lois à la gouvernance par les nombres

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Carte Blanche de Marc Sinnaeve, Chargé de cours d’Information économique et sociale à l’IHECS du 31/01/2018 publiée sur le site en ligne du journal l’Echo.


À la faveur d’un nouvel écosystème, impliquant interdépendances entre public et privé, l’État devient davantage administrateur et moins politique. Que peut-il encore quand une firme transnationale comme Carrefour décide de restructurer ?

Cette fois, c’est Carrefour. À chaque annonce d’une fermeture ou d’une restructuration importante d’une filiale de multinationale (Arcelor, Ford, Carrefour, Delhaize, Caterpillar, ING…), c’est le même exercice obligé. Les témoignages d’indignation ou d’étonnement auxquels se livrent chefs de gouvernement et ministres de l’Economie, constituent, déplore-t-on consensuellement (intéressés compris), la marque de l’impuissance des pouvoirs publics confrontés aux décisions des firmes transnationales d’ajuster la voilure aux ” évolutions du marché ” (comprendre : les reculs de la firme face à la concurrence).

Alors, tournez, manège et passez, muscade ? Pas si vite… (Lire l’article dans son intégralité sur le site de l’Echo)

À lire également

Laisser un commentaire

Restez en
contact avec
nous

Si vous rencontrez des difficultés à nous joindre par téléphone, n’hésitez pas à nous laisser un message via ce formulaire

Faites une recherche sur le site

Inscrivez vous à notre Newsletter

Soyez averti des nouveaux articles