loader image

La propriété, un droit fondamental en pleine recomposition

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Suite au colloque ‘A qui appartient Bruxelles ?’, leRBDH vous propose une série d’analyses rédigées par des auteur.e.s expert.e.s du logement à différents niveaux. Ces divers angles d’approche permettront dans un premier temps de prendre du recul par rapport à l’accès au logement et aux politiques appliquées en la matière, pour ensuite découvrir des formes d’habitat anti-spéculatives et des modèles d’autogestion.

Pour le RBDH, il est capital de repenser nos modes d’habiter la ville, afin que celle-ci se développe de manière résiliente pour répondre aux besoins fondamentaux de ses habitant.e.s à moyen et long terme. Insufflons de nouvelles idées vers les décideuses et décideurs politiques, car il est grand temps de changer de paradigme !

Notre Code civil de 1804 a fait de la propriété un droit « absolu ». Aujourd’hui, pourtant, les restrictions apportées au droit du propriétaire sont légion, justifiées notamment par la politique du logement. Comment expliquer ce glissement ? Comme tout droit de l’homme, le droit de propriété est profondément évolutif, il bouge avec son temps et les besoins de l’époque; la recomposition auquel il se prête aujourd’hui requiert assurément l’éclairage suivant.

Lire l’analyse

À lire également

Laisser un commentaire

Restez en
contact avec
nous

Si vous rencontrez des difficultés à nous joindre par téléphone, n’hésitez pas à nous laisser un message via ce formulaire

Faites une recherche sur le site

Inscrivez vous à notre Newsletter

Soyez averti des nouveaux articles