loader image

L’UCL tranche sur la question des travaux d’intérêt général pour les chômeurs

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

La mesure est dans l’air : faut-il forcer les chômeurs à réaliser des travaux d’intérêt général ?


« La conclusion de l’étude des chercheurs de l’UCL est sans équivoque : une telle mesure serait à la fois inefficace et injuste. Elle doit donc être abandonnée. De quoi alimenter le débat en pleine formation du futur gouvernement fédéral.

L’étude a été menée par le professeur Bruno Van der Linden, spécialiste du marché du travail. Il rappelle d’abord le principe d’une telle mesure appelé  » workfare  » dans les pays anglo-saxons : « Il s’agit d’imposer la participation à des activités, jugées utiles par le décideur public, en échange du maintien (voire d’une amélioration) du niveau des indemnités d’assurance-chômage. (…) Le refus de participer serait interprété comme un signe d’indisponibilité à l’égard du marché du travail et entraînerait, immédiatement ou en cas de récidive, une sanction, par exemple, la fin de droit à l’assurance-chômage ». L’idée n’est pas neuve, elle est déjà appliquée dans plusieurs pays comme la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et le Canada« .

Lire la suite de cet article

« L’UCL n’est pas pour imposer des travaux d’intérêt général aux chômeurs » (05/09, par Michel Visart) sur www.rtbf.be

Accès à l’intégralité de l’étude de l’UCL sur www.regards-economiques.be

Autre réaction sur le sujet : « Travail obligatoire des chômeurs : à quoi joue la suédoise ? », (05/09, par Laurence Van Ruymbeke), dans le Vif.

À lire également

Laisser un commentaire

Restez en
contact avec
nous

Si vous rencontrez des difficultés à nous joindre par téléphone, n’hésitez pas à nous laisser un message via ce formulaire

Faites une recherche sur le site

Inscrivez vous à notre Newsletter

Soyez averti des nouveaux articles