loader image

De la violence des chômeurs à la violence subie par les chômeurs

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Analyse de L. Godfroid, formatrice permanente au Cefoc


La violence des chômeurs serait grandissante, au point que le Forem, Actiris et le VDAB s’équipent de boutons d’alerte. Mais les dispositifs mis en place autour de « l’accompagnement » des chômeurs ne sont-ils pas violents en eux-mêmes, et donc, en quelque sorte, producteurs de violences ? Au-delà des violences individuelles et physiques, qu’en est-il des violences collectives et institutionnelles ? C’est également le traitement médiatique, et en particulier l’emploi d’un certain langage pour traiter du sujet, qui seront questionnés. Car les mots sont loin d’être anodins : ils peuvent contenir leur part de violence, et contribuent à forger une certaine représentation de la réalité.

Lire l’analyse

À lire également

Laisser un commentaire

Restez en
contact avec
nous

Si vous rencontrez des difficultés à nous joindre par téléphone, n’hésitez pas à nous laisser un message via ce formulaire

Faites une recherche sur le site

Inscrivez vous à notre Newsletter

Soyez averti des nouveaux articles