loader image

Bye bye pauvreté ? Ou comment traiter des questions sociales autrement ?

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Analyse critique de la 4ème édition de « Viva for life » par Jean Blairon et Christine Mahy, Intermag 2017.

Après la quatrième édition de Viva for Life, l’émission caritative tend à se pérenniser, ce qui semble réjouir ses promoteurs, comme si le problème de l’effacement des soutiens structurels à la lutte contre la pauvreté et son « remplacement » par la charité spectaculaire n’était pas à déplorer. L’objectif de l’émission est de récolter des dons pour aider les associations qui aident les enfants vivant dans la pauvreté. Cependant, les organisateurs n’hésitent pas à affirmer que c’est bien la vie des enfants pauvres qui est ainsi changée par l’action salvatrice de Viva for Life. Cette espèce de métonymie n’est qu’une des multiples ambiguïtés structurelles et brouillages institutionnels produits par l’émission et ses sponsors. Les auteurs s’attachent à les mettre en lumière au travers des propos tenus par ces protagonistes eux-mêmes. Accès à l’analyse.

Comment traiter les questions sociales ? Le débat est lancé au CBCS !

Les auteurs de « Bye bye pauvreté » soulignent avec justesse combien « en centrant l’attention sur la pauvreté plutôt que sur les politiques structurelles dont celle-ci est la conséquence, l’émission risque de concourir, selon l’expression de Bourdieu, à une « politique de dépolitisation » ». Et vont jusqu’à proposer, en fin d’article, « d’opposer [au cube de verre de Viva for life] un cube de plomb où seront mises au jour les mesures structurelles que les uns et les autres ont omis de prendre ou qu’ils ont osé imposer, en produisant effectivement plus d’inégalités, pendant qu’ils prétendent les réduire par des opérations caritatives qui vendent une émotion qui censure in fine la réalité qu’elles prétendent révéler ? » (lire p. 5 de l’analyse ci-dessus). Si l’idée est plutôt lancée telle un pied de nez à la RTBF, elle interpelle pourtant très sérieusement. En effet, à travers ce cube symbolique émerge toute la question de comment médiatiser ces problématiques sociales autrement ? A quand d’autres forces de propositions lancées vers les médias généralistes pour témoigner, analyser, dénoncer de manière plus juste ? Est-il possible de collaborer avec le monde de l’information et du journalisme pour un travail de diffusion sur les inégalités sociales et de santé à partir des causes structurelles qui les sous-tendent plutôt que sur le registre du caritatif et de l’émotion ? Peut-on sans cesse critiquer les médias traditionnels sans nous « mouiller » un tant soit peu pour réinventer ensemble de meilleures façons de transmettre ces diverses formes de précarités ?… Pour approfondir le débat et qui sait, apporter des premières pistes de réflexion/collaboration, le prochain dossier du CBCS se penchera sur ces questions: « comment parler autrement des problématiques sociales et de santé ? ». Dès à présent, si certains d’entre vous souhaitent prendre part à l’élaboration du dossier, témoigner, proposer, critiquer, soumettre, réfléchir ensemble, … n’hésitez pas à envoyer un mail à : sdevlesaver@cbcs.be ou prendre contact par téléphone au 02/511.89.59

Documents joints

À lire également

Laisser un commentaire

Restez en
contact avec
nous

Si vous rencontrez des difficultés à nous joindre par téléphone, n’hésitez pas à nous laisser un message via ce formulaire

Faites une recherche sur le site

Inscrivez vous à notre Newsletter

Soyez averti des nouveaux articles