loader image

“Nous ne sommes pas en guerre, nous sommes en lutte”

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Après cette crise du COVID-19 le risque d’un back to business as usual est grand. Renvoyé devant une responsabilité historique, le monde associatif, syndical et militant doit profiter de la situation et organiser la riposte. (…) C’est ce que défend Nabil Sheikh Hassan dans une analyse parue le 6 avril dans la Revue Politique


Une analyse socio-économique de la crise déclenchée par le COVID-19 montre que des conséquences à moyen terme pour l’emploi, la dégradation des finances publiques ou une contagion vers une crise financière sont possibles mais incertaines. À court terme, l’ampleur de la crise risque d’être aussi grande que celle de 2008, à la différence qu’elle commence dans l’économie réelle, en affectant autant la production que la consommation de biens et de services.

Quiconque souhaite une rupture dans les politiques socio-économiques menées ces dernières années espère que ce choc sera le point de départ d’une nouvelle ère. Un espoir ne suffit toutefois pas à transformer la réalité. (Lire l’article dans son intégralité sur le site de de Politique)

À lire également

Laisser un commentaire

Restez en
contact avec
nous

Si vous rencontrez des difficultés à nous joindre par téléphone, n’hésitez pas à nous laisser un message via ce formulaire

Faites une recherche sur le site

Inscrivez vous à notre Newsletter

Soyez averti des nouveaux articles