loader image

«Les banques alimentaires, ça ne fonctionne pas»

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Epinglé dans la presse cette semaine, un article publié le 02 décembre 2015 sur le site web canadien La Presse.


Quand il était enfant, Paul Taylor a eu faim. Il a grandi dans une famille dont la survie dépendait des banques alimentaires. Devenu adulte, il a siégé au conseil de l’une des plus grandes banques alimentaires du Canada, celle de Toronto. Aujourd’hui, il dirige un organisme d’aide dans le Downtown East Side de Vancouver, l’un des quartiers les plus défavorisés du pays.

De toutes ces expériences, il a tiré une leçon. Et elle est brutale. «Les banques alimentaires, ça ne fonctionne pas.»

Pourquoi donc?

«Pendant qu’on se concentre sur cette oeuvre charitable, on perd l’occasion de faire un débat sur les vraies raisons de la pauvreté. Les gens n’ont pas besoin de plus de nourriture. Ils ont besoin de plus de revenus. Et ça, on n’en parle jamais, dit-il. Ce qu’on enseigne aux enfants, c’est que pour aider les pauvres, il faut donner une boîte de conserve de notre garde-manger.»

Paul Taylor n’est pas le seul à mettre en doute le bien-fondé du travail de ces énormes entreprises que sont devenues les banques alimentaires. Moisson Montréal, démarrée par trois personnes dans un sous-sol d’église au milieu des années 80, est devenue 30 ans plus tard la plus grande banque alimentaire de l’Amérique du Nord.(…)

(Lire l’article dans son intégralité sur le site de la www.lapresse.ca)

À lire également

Laisser un commentaire

Restez en
contact avec
nous

Si vous rencontrez des difficultés à nous joindre par téléphone, n’hésitez pas à nous laisser un message via ce formulaire

Faites une recherche sur le site

Inscrivez vous à notre Newsletter

Soyez averti des nouveaux articles