loader image

Le chômeur suspect. Préjugés d’hier à aujourd’hui

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Ce colloque est organisé à l’occasion de la parution de l’ouvrage « Le chômeur suspect. Histoire d’une stigmatisation », coordonné par Florence Loriaux, historienne au CARHOP et coédité par le CARHOP et le CRISP.


La « chasse aux chômeurs » fait fureur en temps de crise. Elle repose sur la réactivation épisodique de vieilles formules associant le chômage à l’oisiveté, « mère de tous les vices », déclinés en cascade et à l’envi, jusqu’à véhiculer dans sa vision la plus extrême une idée de la dangerosité « du chômeur » pour l’ordre social et la démocratie.

L’impossibilité aujourd’hui de penser le chômage comme un risque social, qui suppose la mise en place d’un dispositif étendu de protection, vient notamment de la difficulté à se détacher de l’idée que le « chômeur » est un problème en soi, qu’il faut traiter. Le discours sur les chômeuses et les chômeurs contribue tout spécialement à focaliser l’attention sur des « boucs émissaires », exemptant les responsables politiques d’aborder de front les vrais enjeux, sociaux et économiques, liés à l’emploi.

Ce constat appelle une démarche scientifique, mobilisant les outils de différentes disciplines (sociologie, psychologie sociale, histoire, droit, science politique, etc.) visant à revenir sur les arguments ou préjugés que le débat public sur le chômage génère, hier et aujourd’hui, et à les analyser. Comment ceux-ci contribuent ils à détourner l’attention de l’opinion publique des vrais enjeux du débat ?73f80968-25a4-4852-a174-11cf772e60bc_1_.png

Invitation

Brochure et programme complet

Inscription

À lire également

Laisser un commentaire

Restez en
contact avec
nous

Si vous rencontrez des difficultés à nous joindre par téléphone, n’hésitez pas à nous laisser un message via ce formulaire

Faites une recherche sur le site

Inscrivez vous à notre Newsletter

Soyez averti des nouveaux articles