En finir avec le mal-logement à Bruxelles !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Suite à l’invasion russe, en Ukraine, les initiatives se multiplient pour accueillir les réfugiés. Les non-ukrainiens en situation de non-logement ou de mal-logement, quant à eux, voient leurs conditions inchangées. Le Syndicat des immenses dénonce un « deux poids, deux mesures » et lance un appel aux signataires, à travers une pétition à destination du Parlement bruxellois.

Le Syndicat des immenses se félicite bien entendu des nombreux élans de solidarité en faveur des réfugiés ukrainiens, depuis les plus hautes sphères de l’État et jusqu’aux simples citoyens, en passant par les Régions, les CPAS, les communes et les associations de terrain. La directive européenne datant de 2001 et qui cadre l’octroi d’une « protection temporaire » en cas d’afflux massif de personnes déplacées a été activée, pour la première fois, pour les Ukrainiens alors qu’elle ne l’a pas été pour les Syriens, Soudanais,  Afghans, Libyens ou encore Érythréens.

Il n’est pas acceptable que ces mêmes élans de solidarité ne concernent pas les milliers de personnes dans une situation matérielle comparable depuis des années, c’est-à-dire dans une situation de mal-logement ou de non-logement et les milliers de réfugiés d’autres guerres. Un sentiment d’injustice plus profond que jamais touche les personnes qui, faisant face aux mêmes besoins, se demandent légitimement pourquoi elles sont exclues, parfois depuis des années, des droits, services, protocoles, facilités et autres procédures fluidifiées mis en place du jour au lendemain en faveur des seuls Ukrainiens.

La Région de Bruxelles-Capitale met tout en œuvre pour héberger et reloger jusqu’à 20.000 réfugiés ukrainiens, alors que, pour rappel, les personnes sans chez-soi y sont moins de 6.000.

La crise des réfugiés ukrainiens a deux mérites :
1) démontrer que QUAND ON VEUT, ON PEUT! Comme l’avait déjà démontré la crise sanitaire, la crise ukrainienne démontre avec une force décuplée que, s’agissant de mettre les bouchées doubles en matière de non-logement ou de mal-logement pour toutes et tous.
2) mettre au grand jour une politique du DEUX POIDS, DEUX MESURES à l’œuvre dans les politiques sociales en Région de Bruxelles-Capitale comme ailleurs. On ne peut plus dire désormais : « On ne peut pas ! ». Une seule raison expliquera désormais qu’on ne mette pas les bouchées doubles en matière de non-logement ou de mal-logement pour toutes et tous : « On ne veut pas ! ».

Retrouvez l’argumentaire détaillé de la pétition (avec l’interview du Coordinateur régional Ukraine pour le gouvernement bruxellois).

Au-delà de la pétition, le Syndicat des immenses organise depuis le 1er février 2022 une MANIF AU FINISH. Qu’ils soient 2, 5, 10… , tous les mardis, de 11h30 à 12h, ils occupent résolument un bout de trottoir, rue de l’Association à Bruxelles. 

Retrouvez notre article « Manif au finish tant que le sans-abrisme ne sera pas un problème de logement ! », publié en Mars 2022.


À lire également

Restez en
contact avec
nous

Si vous rencontrez des difficultés à nous joindre par téléphone, n’hésitez pas à nous laisser un message via ce formulaire

Je souhaites contacter directement :

Faites une recherche sur le site

Inscrivez vous à notre Newsletter

Soyez averti des nouveaux articles