CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

Risque de pauvreté ou d’exclusion sociale

Transmission intergénérationnelle de la pauvreté ou comment les conditions de vie dans l’enfance influencent la vie future, Statbel - La Belgique en chiffres, mai 2021

Dans le cadre de l’enquête EU-SILC, Statbel, l’office belge de statistique, a étudié la transmission intergénérationnelle de la pauvreté. Il a ainsi été demandé aux répondants de l’enquête âgés de 25 à 59 ans quelles étaient leurs conditions de vie lorsqu’ils avaient environ 14 ans.

Il en ressort qu’en Belgique, 3% de la population (âgée entre 25 et 59 ans) vivait à ses 14 ans dans un ménage avec de grandes difficultés financières. Ce taux s’élève à 9,1% dans la Région de Bruxelles-Capitale, 3,8% en Région wallonne et 1,2% en Région flamande. 3,9% des Belges ne disposaient pas des fournitures scolaires de base pour des raisons financières : 8,4% des Bruxellois, 4,5% des Wallons et 2,5% des Flamands.

Manger quotidiennement de la viande ou un équivalent végétarien à l’âge de 14 ans n’était financièrement pas possible pour 4,7% de la population[1]. Au niveau régional, cela représente 14,2% à Bruxelles, 5,1% en Wallonie et 2,4% en Flandre.

Par ailleurs, il n’était financièrement pas possible à 24,1% des répondants de partir une semaine en vacances lorsqu’ils avaient 14 ans. Ce constat vaut pour 34,9% des Bruxellois, 30% des Wallons et 18,6% des Flamands.

Transmission intergénérationnelle

JPEG - 114.8 ko

L’enquête permet également de mettre en lumière l’impact qu’ont les privations à l’adolescence sur la situation financière à l’âge adulte. On peut notamment constater que parmi ceux ayant vécu à l’âge de 14 ans dans un ménage avec de grosses difficultés financières, 30,4% vivent sous le seuil de pauvreté monétaire en 2019. A l’inverse, lorsque l’on vivait dans un ménage en très bonne santé financière, le taux de pauvreté actuel ne s’élève plus qu’à 7,7%.

Lire la suite sur le site de Statbel.