CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

Cycle de débats : Forest, 30 ans après

Pour marquer les 30 ans des “émeutes” de Forest, Zin TV & Alter Échos vous proposent un débat à voir en 3 épisodes, accessibles sur les sites internet ZIN TV et Alter Échos.

JPEG - 116 ko

Que s’est-il donc passé à Forest, il y a 30 ans ? Lorsque le quartier Saint-Antoine, situé dans le bas de Forest, s’est subitement embrasé, provoquant alors une prise de conscience collective devant le malaise de ce quartier paupérisé et le durcissement des relations entre les jeunes et la police.

S’appuyant sur les témoignages de sociologues, de policiers, de travailleurs sociaux, ainsi que de collectifs citoyens et de jeunes bruxellois.e.s, ce débat revient sur les « émeutes de Forest ». Remettant en perspective les transformations en matière de sécurité et prévention qui suivirent ces événements, le débat fera écho à l’actualité des luttes dans les quartiers populaires. Dans son essai « Sociologie des émeutes », le sociologue français Michel Kokoreff affirme que « si nous continuons de ne pas comprendre, d’oublier et de refouler ce qui s’est passé et dit, alors, les mêmes causes produisant les mêmes effets, d’autres embrasements auront lieu. En pire. »

Que nous racontent les « émeutes » de l’histoire et l’actualité de nos quartiers, des enjeux sociaux et politiques d’hier et d’aujourd’hui ?

Épisode 1. « Une histoire populaire de Forest »
Sur le Parvis-Saint-Antoine de Forest, les « émeutes de Forest » semblent aujourd’hui faire partie du passé. Le quartier a changé, il se gentrifie et se rénove doucement au rythme des contrats de rénovation urbaine. Cet événement a pourtant contribué à une profonde prise de conscience collective. Après l’embrasement du quartier, parents, habitant.e.s, voisin.e.s réclamèrent la création d’une Maison de quartier, d’une Maison de jeunes, d’associations, de politiques de rénovation, etc. En parallèle à ces revendications sociales suivirent des politiques sécuritaires et de prévention visant principalement à lutter contre le sentiment d’insécurité et « la petite délinquance » ainsi qu’à rétablir une qualité de vie et à restaurer la confiance ébranlée de la population dans les institutions, notamment la police.

Épisode 2. Grandir dans les « quartiers populaires » à Bruxelles
Trente ans après les « émeutes de Forest », les constats semblent toujours les mêmes dans les quartiers dits populaires de Bruxelles : sentiment de relégation sociale, violences policières et discriminations. Dans ces quartiers paupérisés, les inégalités sociales, déjà bien installées, se sont aggravées depuis la crise du Covid-19 : décrochage scolaire, précarité de l’emploi, accès au logement, à l’espace public, contrôle policier accru, etc.

Les récentes « émeutes » survenues à Cureghem en avril 2020, à la suite de la mort du jeune Adil dans une opération policière, témoignent-elles d’un véritable malaise entre jeunes et policiers ?

Épisode 3. « Police et citoyens : légitime défiance ?”
Très souvent, élément déclencheur des émeutes, la police, peu l’aiment et d’aucuns diront que « tout le monde » la déteste. Reste qu’il faut faire avec. Faire – ou défaire – la police, avec elle, la considérant comme un acteur parmi d’autres, parmi nous, sentinelle dans nos rues, satellite dans notre tissu social ? La fracture est abyssale entre les citoyens et la police. Le chantier est donc colossal.

Des collectifs citoyens et associations n’attendent pas les politiques pour s’attaquer à ce chantier. Quels sont leurs moyens d’action et leurs combats ? Comment sortir de la « légitime défiance » entre les policiers et les citoyens ? Comment réformer ou démocratiser la police ?

Regarder les 3 documentaires sur les révoltes de Forest en 1991 sur le site de ZIN TV

Les intervenants du débat :

Andrea Rea, professeur de sociologie à l’ULB
P.-T. Collignon, directeur-adjoint de la Direction Proximité/Intervention du Centre de la Police de Bruxelles-Capitale-Ixelles
Chaima El Yahiaoui, criminologue spécialisée dans les relations jeunes et police
Abdel B., citoyen Forestois et témoin des révoltes de 1991.
Nasser Mssassi et Himit Ayoub, jeunes bruxellois membres de l’ASBL “Bien ou Bien”
Myrtille Bakunde, vice-présidente du Forum des Jeunes pour la présentation des résultats de l’étude du Forum sur les relations jeunes et police.
Ali El Abbouti, fondateur de l’asbl “Bien ou Bien”
Latifa Elmcabeni, collectif des Madrés
Saskia Simon, coordinatrice de l’Observatoire des violences policières « Police Watch » à la Ligue des Droits Humains ( LdH)
Maja-Ajmia Zellama, collectif Bledarte
Modérateur.rice.s du débat : 
Nicholas Kumba, étudiante en journalisme à l’ISFSC et 
Fatima-Zohra Ait El Maâti, étudiante en architecture et sociologie, réalisatrice et membre fondatrice du collectif Imazi.reine.

JPEG - 40.6 ko

En savoir plus
Lire à ce sujet le dossier spécial d’Alter Échos sur les 30 ans des émeutes de Forest, “Forest 1991 : les raisons de la colère“, paru mai 2021.